Logo Lépi'Net

Les Carnets du Lépidoptériste Français

Erebidae Arctiinae

Manulea pseudocomplana Danl. ( = Eilema pseudocomplana)

Le Manteau incertain, le Manteau d'Anatolie.

Nourriture de la chenille : Lichens


Références : Liste Leraut 1997 : n°4216 / Guide Robineau (2007) : n°806

Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron
Mâle, Montclar-sur-Gervanne (Drôme), 30 juillet 2012. Photo Philippe Mothiron.
Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Daniel Morel Manulea pseudocomplana Danl. adulte - ©Philippe Mothiron  Chenille de Manulea pseudocomplana Danl. - ©Sonia Richaud

Etat carte : à actualiser

Voir texte ci-dessous

A propos des cartes


Répartition française : Moitié sud de la France. Répartition à préciser.

Bibliographie espèce :

Pour en savoir plus...

Comment la reconnaître ?

Manulea pseudocomplana est une Lithosie que l'on peut facilement confondre avec d'autres espèces.

Tout d'abord, remarquons que la plupart des populations de notre pays ne ressemblent pas toujours aux exemplaires figurés dans la littérature, et qui proviennent en général d'Europe centrale. Au moins dans la moitié sud du pays, les populations françaises présentent un dimorphisme sexuel beaucoup plus prononcé, le mâle apparaîssant quasiment dépourvu de teintes grisâtres.

Dans ces populations, le mâle (envergure 28- 32 mm), de couleur jaune paille clair, presque uniforme, peut faire penser à un petit Manulea palliatella. Quant à la femelle (taille sensiblement identique), plus contrastée, elle ressemble assez fortement à Manulea complana.

Mâles à gauche, femelles à droite :

Un critère assez fiable réside dans le revers des ailes. Chez Manulea pseudocomplana , le revers est d'un jaune pâle uniforme aux postérieures. Chez les deux autres espèces citées, le bord dorsal des postérieures présente une ombre grise bien marquée. De même, chez Manulea pseudocomplana , le revers des antérieures (surtout chez le mâle) est moins marqué de sombre.

Revers d'Manulea pseudocomplana (femelle en haut, mâle en bas) :

De ce qui précède, on retiendra la quasi-impossibilité de déterminer avec certitude cette espèce d'après une photo in natura. Par ailleurs l'analyse des pièces génitales peut s'avérer nécessaire, notamment en présence d'exemplaires un peu frottés ou atypiques (nous avons observé un mâle d' Manulea complana tellement clair que les suffusions grises du revers des postérieures avaient complètement disparu).

En dernier ressort, en présence d'un mâle au revers des postérieures unies, on pourra éliminer Manulea complana en regardant sur le revers la costa des antérieures. Chez Manulea complana, on remarque une touffe d'écailles jaunes plus allongées que les autres (voir photo ci-dessous). Ces écailles androconiales sont absentes chez le mâle d' Manulea pseudocomplana.

Mâle d'Manulea complana, revers des ailes antérieures :